Société de Tir du Creusot

Assemblée générale 2008

Saison 2007/2008 - Le 7 septembre 2008

Recommander cette page

Chers amis bonjour, merci d’êtres présents à cette heure matinale, mais c’est une assemblée élective qui a lieu tous les 4 ans, après les J O. C’est donc l’assemblée générale la plus importante, pour élire le comité directeur, puis la ou le président. J’essaierai de ne pas être trop long, mais comme j’ai eu assez de difficultés avec nos dossiers remis à la Mairie sous couvert de Monsieur le Maire. Ces dossiers auraient pu êtres mieux traités en confiance réciproque. Certaines choses seront évoquées ici. Je souhaite que nous soyons nombreux à cette A G, nos 268 adhérents dont 201 licenciés au club, devraient nous apporter une meilleure audience auprès des Collectivités locales, Territoriales, ÉTAT et D D J S.

Par courrier à Monsieur le Maire le 20 septembre 2007, le comité directeur a sollicité auprès de la municipalité l’étude d’un projet de construction, d’une salle arbalète capable de tir à 18 m et 10 mètres. L’avantage, pour le club et la Ville, était qu’avec notre construction personnelle subventionnée par le CNDS nous donnant une capacité de 12 à 15 cibles IR 900, faisait un ensemble complet de capacité Régionale ou les licenciés de la S T C classée N 1 à l’arbalète pouvaient s’entraîner au 18 mètres indor. Tous les documents étaient joints. Une subvention du CNDS national pouvait être sollicitée par la Ville.

Par courrier le 31octobre, on nous a répondu gentiment : Votre projet de construction d’une salle de tir, spécifique arbalète, sera examiné dans le cadre de la prochaine préparation budgétaire. Néanmoins, mes services vous remercient pour les documents fournis par votre association, et ne manqueront pas de vous informer de la suite qui sera donnée à ce projet. Après cette lettre, nous n’avons plus reçu d’information officielle, ni verbale, ni écrite. J’en ai parlé avec l’adjoint de la déléguée aux sports. Qui était président de l’OMS en 2007, en général il a le double des demandes des clubs. Il n’était pas au courant de ces courriers, donc je les lui ai envoyés par Internet, j’ai attendu un peu une réponse, et je me suis fâché.

Le 2 juillet, un courrier m’informait, que notre projet s’intègre dans une perspective de développement à long terme des équipements sportifs. Qu’il sera associé à la réflexion au cours des prochains budgets. Attendons maintenant que nos élus inscrivent ce dossier et qu’une réflexion positive soit retenue. Nos tireurs attendront, ce n’est pas grave pour le 18 m ou nous rechercherons une autre solution d’attente, pour l’entraînement, mais pour le 10 m cette salle devient trop petite.

Je m’attendais à cette réponse, mais ce manque de franchise, me blesse, venant de personnes, à qui j’ai fait confiance et que j’estime toujours beaucoup. Je comprends que l’on doit faire des priorités et restreindre les dépenses. Mais je n’accepte pas que l’on dise que notre dossier n’a pas été présenté aux clubs, parce que notre demande n’a pas été retenue. Quand ce n’est qu’un oubli des services des sports de la ville. Nous avons tous vu démarrer les travaux, avant l’élection du maire et la mise en place du nouveau conseil municipal. Le rehaussement de la butte 25 m était dans sa continuité, mais on créait bel et bien l’emplacement de la salle en enlevant la terre par couche. J’ai été questionné par téléphone (sur le vitrage, l’éclairage, le chauffage, l’évacuation des eaux, le sol, l’isolation, etc) nous ne voulions pas un palace, un hangar de 15 par 25 avec éclairage et du stramite pour le tir. Mais on a sorti un devis de 290.000 €. Notre dossier a été étudié, mais il n’était pas présentable au budget vu son coût. Personne n’est à l’aise, de présenter au conseil un budget important pour le tir sportif.

La demande d’organisation des Championnats Nationaux Arbalète n’a pas, elle aussi été bien comprise.
Après des mois dans les oubliettes, le service des sports m’a téléphoné pour un rendez-vous, je n’étais pas libre pour cause de championnats. Nous avons reporté le rendez-vous le mardi 10 juin à 14 h. A priori, je n’avais pas l’air d’être attendu. Je n’étais pas connu, je me suis présenté, il m’a dit entrez, mais je n’ai guère de temps à vous consacrer. Après nous être entendu, sur les lieux possibles et discuter du cahier des charges. Il m’a dit, on peut vous prêter le stade Jean Garnier et la salle Jean de Prat. Pour le cahier des charges de la Fédé, il faudra vous débrouiller par vous-même ou aller voir auprès des autres services de la ville. J’avoue que nous attendions tous à la S.T.C une meilleure attitude de ce service des sports.
J’abandonne l’organisation de ces Nationaux. Si quelqu’un veut reprendre, je lui laisse les dossiers, mais je crains que sans subventions et sans l’aide des services techniques. Avec au moins 20 bénévoles durant 5 jours. Ce soit un fiasco financier.
Pour le projet de la salle arbalète, j’ai su qu’il n’avait pas été présenté aux clubs simplement par oubli du service des sports.

J’ai reçu une lettre de la Ville, pour mon absence à une réunion pour le planning d’occupation des lieux. En 24 ans, je n’y ai assisté que 2 ou 3 fois. Ma présence n’était pas jugée indispensable. Dans cette lettre signée pour le Maire adressée à un bénévole, j’ai ressenti une certaine autorité. M le Maire André Billardon aurait eu plus de respect à mon égard.
Je remercie sincèrement tous les élus qui sont venu aux remises de récompenses de 2 chpts départementaux et 2 régionaux.

Suivant la suite des événements, je ne sais pas si je reprendrai 4 années au club, J’ai fait des propositions, je recherche une personne capable, admise par tous, ayant la notoriété et des entrées partout pour faire évoluer la Société, la plus ancienne du Creusot, qui avait plus de 800 adhérents en 1901. Vous n’entendrez jamais dire, la plus ancienne société sportive est le Tir.

C’est comme pour Le Baron Pierre de Coubertin, personne n’a jamais entendu parler lors de conférences, qu’il a été sept fois champion de France de tir au pistolet, rénovateur des Jeux Olympiques, il a imposé que le tir figure dès 1896 au J.O. Pourquoi vouloir nuire au tir en l’ignorant ; Nous savons tous que chaque foyer possède une arme. Malgré diverses tentatives de déstabilisation, la FFTIR affiche toujours une santé florissante et se classe dans les premières fédérations nationales ( tous sports confondus) au nombre des médailles remportées en championnats d’Europe et du monde ( résultats publiés par le CNOSF. Le Président Jean-Richard Germont organise les assises du TIR les 7 et 8 décembre sur les thèmes : recruter, fidéliser, gérer. Et dit « le vécu intime d’un beau lâcher, n’est pas lié au label artificiel plaqué sur la discipline » C’est une bonne leçon de modestie pour ceux qui se font des gorges chaudes parce qu’ils sont LABELLISÉS

Heureusement des petits villages tiennent à cœur à leurs stands et tireurs, j’ai eu l’occasion de voir à Maubeuge aux Nationaux écoles de Tir, de très petites communes, villes, villages amener les jeunes avec les minibus de la municipalité, ou de l’OMS avec prise en charge des hébergements. Ces minibus font une pub fantastique, pour ces villages avec des centaines de Sponsors il n’y a plus de place de libre sur la carrosserie. Notre Ville Sportive et son OMS devraient y réfléchir.

Un gros problème ; par raison d’économie, un technicien à reçu l’ordre de résilier des lignes téléphoniques. Ils en venaient 3 au Gros Chaillot, il a résilié la nôtre sans prévenir, elle est obligatoire dans un local sportif. Et nous étions peut-être les seuls à la payer à la trésorerie principale. Sans téléphone, nous avons cherché la panne ; ligne dans les arbres, téléphone etc. Quand je lirai ce rapport, j’espère que nous serons connecté sur notre ligne personnelle Internet. Je remercie ce technicien qui a vainement cherché à nous faire remettre la ligne, et nous a aidé pour la ligne ADSL.

Les stages de CVJ ce sont passés sous la protection de nos portables. Aucune personne ne pouvait nous téléphoner au stand. Ce fut aussi « la nouvelle » à mon retour des Nationaux. Je voulais arrêter les stages, les autres moniteurs n’étaient pas très chauds, et en plus il fallait que je l’écrive en recommandé avec accusé de réception au Président de C. V. J.

Les subventions de la ville, ou je n’ai jamais admis l’intégralité des critères, que j’aurai peut-être l’occasion de voir changer si j’arrive à 76 ans. Ces critères ne servent d’ailleurs pas à grand chose, ce sont les antécédents qui comptent.

Depuis que je suis responsable sportif vers les années 65, ce sont toujours les mêmes sports qui se partagent plus de la moitié du gâteau. Le tir avec beaucoup trop d’autres fait partie des 80% qui se partage le reste.

Un fait qui renforce mes propos et qui suit bien la voie des subventions. C’est que la S.T.C n’a pas été invitée à la Mairie malgré 13 podiums en NATIONAL 1. Cela a choqué les tireurs, famille et amis et les lecteurs du Journal de S & L, qui suivent de près nos résultats. Malgré le port de vêtements aux logos de la ville, nous ne sommes pas représentatifs.

Notre dernière invitation remonte vers 1980 par Camille Dufour, pour les très bons résultats de l’ensemble du club.

Je remercie la D.D.J.S qui nous alloue en CNDS 1100 € dont 600 € pour les matériaux de l’extension de l’auvent IR 900 et 500 € pour l’achat d’une carabine pour nos licenciés handisports.

Je remercie la Ville du Creusot pour ses subventions de fonctionnement et de déplacements qui doivent correspondre à peu près à 1 dixième de nos recettes, en souhaitant que dans les années futures, les critères de subventions soient revus ou abolis car ce n’est qu’un effet YOYO pour les sociétés de sports individuels comme la nôtre.

Les travaux que j’aimerais voir entreprendre par les services du Gros Chaillot, que je remercie sincèrement, Messieurs Cannet et Lafay en particulier, ainsi que leurs collaborateurs. C’est qu’après étude et accord, la Municipalité fasse effectuer des travaux d’enlèvement de terre qui gêne encore pour l’emplacement du bâtiment. Du nivellement du sol, et d’étanchéité au-dessus du parking, car cela n’attendra pas plusieurs années avant qu’un bus où autre engin lourd (voir voiture) ne se retrouve en bas par l’effondrement de la butte, non-stabilisée, et creusée par l’écoulement d’eau du parking. Si l’on veut construire, même dans plusieurs années, il faut que cette butte soit talutée et le terrain assaini pour qu’il devienne dur pour la construction. Ceci va dans le sens du développement durable, avoir un environnement propre, sécurisé et l’utiliser. Nous pourrions sécuriser le 25 m, par un moyen anti-balle et anti-bruit en attendant la salle qui remplira ces fonctions. Une Conseillère Générale a dit à la réunion avec le Président Montebourg, que le Conseil Général paierait aux associations les matériaux si elles faisaient elles-mêmes les travaux. Cette protection faite par le club, ainsi que la réalisation de 6 cibles en stramite permettrait en attendant la salle des tirs à 18 m par beau temps.

En 2009 nous fêterons nos 130 ans et les 100 ans de parution de nos statuts au J O le 8 avril 1909. Nous n’attendons aucune aide ; comme pour nos 120 ans, ceci se fera ici dans l’intimité. Le Directeur de la D D J S. m’a dit : Vous pourrez demander une subvention, mais il faudra faire une grande fête ; et je sais d’avance que ce sera le club le plus grand financier. Nous remettrons à cette occasion les trophées des vingt ans, car nous avons toujours manqué de temps pour le faire. Que les anciens se rassurent, même s’ils ont quitté le club, ils seront récompensés.
NOTRE OPÉRATION PORTES OUVERTES SERA LE SAMEDI 20 ET DIMANCHE 21 septembre, prix modeste.

Avant de passer la parole au secrétaire pour l’activité et au trésorier pour les finances, ou bien à nos invités, je voudrais vous féliciter et vous remercier de votre bonne conduite au stand de tir, du suivi des règles de sécurité. En regrettant de manquer encore de beaucoup de bénévoles pour nos travaux au stand, avant et après les compétitions.
Aidez nous dès que vous le pouvez. Aidez votre Société, Nous sommes 268, montrez vous, parlez du tir à tous vos proches et amis, nous devons tous faire bloc pour être connu et reconnu. Affichez bien vos origines de tireurs sportifs, défendez votre sport, il vaut bien les autres.
Vous n’êtes pas dopés, vous n’êtes pas payés, vous êtes bien dans vos têtes et vous avez remporté cette saison ; 13 médailles en National ; 43 en régional et 101 en départemental soit :157 médailles pour 281 engagements. Ces médailles vous sont dédiées, ces bons résultats appartiennent à tous, car sans vous nous ne pourrions pas traverser la forêt financière qui nous barre la route aux championnats. Bravo à tous et merci de m’avoir écouté, peut-être pour la dernière fois.

LE PRÉSIDENT EN EXERCICE DEPUIS 24 SAISONS A. Bagnard